Catégories
Dans le Confinement

Foirer ses Scones dans le Confinement

Je vous confirme qu’en Chine, ça va mieux. Je recommence à recevoir des e-mails me proposant à des prix défiants toute concurrence d’horribles produits pour la boutique. Ainsi une certaine Jessica, pleine de bon sens, m’explique qu’en ces temps difficiles, la plupart des clients préfèrent choisir les nouveaux produits sur photo. Du coup, elle m’envoie des photos que son photographe a prises, des photos de bonne qualité précise-t-elle. La bonne qualité, c’est mieux Jessica, effectivement.

Les photos de l’usine de Jessica, je vous épargne les photos des produits.

Jessica m’envoie aussi des photos de son usine située à Qingdao, dans l’est de la Chine. Les employés ne portent pas de masques sur les photos. Etant donné que la Chine et ses un milliard-trois-cent-millions d’habitants a eu moins de morts du virus que la France et ses (presque) soixante-sept-millions d’habitants, c’est normal. Cela dit, les produits sont immondes, on ne vend que du fabriqué en France, je jette donc d’un clic l’e-mail dans la corbeille. Ma collègue lui enverra surement une gentille réponse pour la remercier de son offre généreuse tout en la déclinant. Ma collègue est folle et c’est pour ça que je l’aime. Moi je ne perds pas de temps avec ce genre de sollicitation, même dans le confinement.

Busy Tuesday

Hier a été une journée bien remplie avec deux vidéo-conférences de programmées. Quand tu bosses chez Price Waterhouse c’est peanuts. Quand tu es dans le confinement, c’est juste énorme.

J’ai commencé par la formation « Comment réussir ses scones à l’anglaise » qui avait été gagnée lors de la CyberQuine du sixième jour dans le confinement. Le professeur qui a enseigné de longues années à Berkley dans un tout autre domaine, a été d’une patience infinie et n’a eu cesse de nous répéter que rien n’était plus simple que de réussir des scones. Pas grave si les mesures ne sont pas exactes, il s’agit d’une recette ancestrale de l’île de Scone en Ecosse. A l’époque, on ne disposait pas de balance très précise. Si tu mets plus de beurre, ce n’est pas grave. Tu peux mettre un œuf, ou pas. La margarine dure c’est mieux, mais tu peux prendre du beurre si tu es dans le confinement. Tu n’as pas de lait, tu prends de l’eau, pas de problème. Quant à la température du four et au mode de cuisson, le Maître nous fait remarquer qu’à l’époque sur l’île de Scone, il n’y avait pas de thermomètre et encore moins d’option chaleur tournante versus sol ventilé. A l’époque, on était déjà content d’avoir un four pour cuire ses scones.

Les scones c’est donc très free style et par là même, très confinement. En revanche deux points sont extrêmement importants :

  • Tous les éléments doivent être très froids. Il est même recommandé de se passer les mains à l’eau froide avant de tripoter sa margarine (ou son beurre).
  • Les scones sont parfaits pour être dégustés deux heures après leur cuisson. Ensuite, ils se conservent un jour ou deux, dans une boite à gâteaux à température ambiante

Le Maître a suivi sa recette originale avec farine à poudre levante (ça se trouve chez Marks&Spencer), margarine dure de marque Astra, un œuf froid et du lait frais. Aucun des élèves n’avait la liste exacte des ingrédients, on a donc pratiqué différentes variantes. Qui n’a pas de margarine prend du beurre, qui utilise de la levure périmée, qui remplace le lait par de l’eau et de la crème…

Résultat des courses, les quatre élèves que nous étions ont tous foiré leurs scones soit esthétiquement, soit au niveau du goût, voire même les deux. Bref, j’ai foiré mes scones.

Scones faits avec de la farine normale, du beurre et du lait pasteurisé.

A peine remise des mes émotions, j’ai pris un Apéro-Zoom avec les copines du mardi soir. On a parlé ragnoutes et racines dans le confinement, pris des news des unes et des autres. La plus féministe du groupe nous a dit que des études avaient démontré que nous les femmes étions plus résistantes au Corona Virus que les hommes. Elle nous a aussi dit que son père, que l’on pourrait surnommer le Huggy les bons tuyaux de la bouffe, connaissait un éleveur de Bresse qui cherchait à écouler ses volailles. Bien sûr que j’étais intéressée mais il me faudrait plus de précisions sur la marchandise. La volaille sera-t-elle livrée vidée, sans sa tête ni ses jolies pattes bleues, ou alors vivante au pied de l’immeuble? Parce que, même si c’est la guerre comme l’a dit le Président, je ne me sens pas encore prête à estourbir une volaille dans ma cour, fusse-t-elle de Bresse.

Hier soir avant de me coucher,  je me suis branchée sur la caméra de la boutique. C’était bien glauque, tout sombre, tout vide, personne qui ne passe dans la rue. Le torchon plan RATP qui était scotché sur le comptoir est tombé.  J’ai pris une vidéo que j’ai envoyée au groupe Sales Team sur WhatsApp. J’ai foutu le bourdon à tout le monde.

2 réponses sur « Foirer ses Scones dans le Confinement »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *