Catégories
Dans le Confinement

Sortir dans le Confinement

Cinq jours. Hier cela faisait cinq putains de jours que je n’étais pas sortie. Depuis ma virée infructueuse au Picard, j’étais sortie une seule fois chercher des œufs que j’ai fini par trouver chez Carrefour. De bons œufs issus de poules élevées en plein air et pas dans le confinement comme nous. Depuis nada, je ne suis même pas allée fumer une cigarette dans la cour, je respecte le confinement.

Hier, il n’y avait pas d’urgence alimentaire à sortir dans le confinement. En revanche, il y avait urgence mentale à sortir du confinement.

Avoir un Chien dans le Confinement

J’ai un copain qui a un chien qu’il promène dans le Marais, là ou je travaillais avant le confinement. C’est comme cela que je l’ai connu. Pour être précise, son chien est une petite chienne, et la promener consiste à la porter à l’épaule dans un couffin. Il paraîtrait que la chienne aime sortir mais qu’elle n’aime pas marcher. A un moment donné je me suis même demandée si elle avait des pattes. Elle est très bizarrement foutue : un corps charnu en forme d’obus, monté sur de toutes petites pattes arquées. Elle a un caractère de cochon, mais je l’aime bien elle et son maître. J’ai donc pris des nouvelles

– Salut! Je voulais savoir comment tu allais.

– Et bien ça va.

– Oui en plus tu as la petite, tu peux sortir pour la promener.

– Ah oui, elle aime bien. Il n’y a pas de bruits, pas de voitures.

– Cool tu la sors plus souvent de son sac alors, elle va peut être maigrir un peu…

– Oh non pas plus que ça, elle reste dans le couffin

Heureusement qu’il ne s’est pas fait contrôler, j’imagine le dialogue de sourds.

Vu qu’il sort tous les jours, il m’a parlé du dehors, de l’ambiance bizarre qui régnait. 

– Au début tu es content de sortir, tu crois que tu vas apprécier ta balade mais quand t’es dehors, c’est encore pire. Les rues sont vides, les gens bizarres et le soir je ne te raconte pas. J’ai vu l’autre soir à la Bastille un type qui avait soulevé une plaque d’égouts et qui regardait dans les égouts. Il ressemblait à un Indien.

Bien bien bien. Après une semaine de confinement les gens seraient-ils tous devenus fous?

1 Mètre

Suis sortie avec mon panier. Objectif principal, fruits et légumes. Arrivée en bas de l’escalier, me rends compte que j’ai oublié mon Attestation de Déplacement Dérogatoire. Ca m’a fait flipper un quart de seconde. « Confinement, Ausweis, ça nous rappelle des souvenirs » comme me le faisait remarquer une copine bien sarcastique. 

Il faisait beau, grand ciel bleu, gros soleil, presque pas de bruits. Je prends mon temps, fume une cigarette au soleil et Facetime une copine dans le confinement pour lui faire un peu profiter de ma sortie. Un bon petit kif mais je n’entends pas pour autant les moineaux comme certains le décrivent. Je vois et j’entends de bons gros corbeaux noirs, pas vraiment la même ambiance.

La première meuf que je croise porte un legging à pois faisant parfaitement ressortir sa cellulite, une veste léopard en synthétique, cabas dans une main, trois paquets de neuf rouleaux de PQ dans l’autre. Qui a dit que Paris serait toujours Paris?

Les quelques commerces ouverts laissent leur porte fermée et y placardent les instructions d’usage dans le confinement, sans la moindre de touche de poésie

1 mètre
MERCI
DE RESPECTER
LA DISTANCE
1 mètre

Pour compléter le tableau, un gros rat créve sur le trottoir, même pas dans le caniveau. 

Arrivée devant le nouveau magasin bio du quartier, je penche la tête pour voir si je peux entrer ou si je dois attendre. Un vendeur guilleret, habillé d’un joli tablier en lin, m’accueille avec une grosse bouteille de gel hydroalcoolique.

– Bienvenue chez nous. Je vous verse un peu de gel?

Dans le confinement, le type s’est pris pour une vendeuse de chez Marionnaud. J’ai eu envie de lui répondre que je préférais être parfumée au Guerlain, mais me suis abstenue.

Blob La-Fayette

J’étais contente de retrouver mon Levain, baptisé entre-temps Blob-LaFayette. Il a l’air content, il gonfle bien et fait des bulles, malgré l’absence de ration de sucré au deuxième jour. Je l’ai doublé avec un mélange de deux-cent grammes de farine et deux-cent centilitres d’eau, auquel j’ai ajouté environ vingt grammes de miel des Pyrénées. 

A priori je pourrai faire mon premier pain demain, pendant que le Blob-Lazare sera toujours en croissance. Ma copine suit une autre méthode d’élevage qui dure six jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *