Catégories
Dans le Confinement

Surprise, Playlist et Grumbeerekiechle

Maintenant que Blob-Lazare, feu levain concurrent, est mort et enterré,  je vais pouvoir ouvrir d’autres dossiers sur ce blog sinon vous allez croire que je ne fais que bouffer et touiller mon levain dans le confinement, ce qui n’est pas complètement faux mais pas complètement vrai non plus. Je fais aussi du Candy Crush (vingt-quatre heures gratuites aujourd’hui), je passe un nombre incroyable de coups de fil et je regarde Sex Education sur Netflix avec modération : pas plus de deux épisodes par jour.

Vendredi c’est mon Zanni

Je suis une grande enfant. J’aime faire la fête, j’aime faire des blagues. Si par malheur on me parle de surprise ou de cadeau, je deviens folle. « C’est quoi mon cadeau » suis-je capable de répéter un nombre incalculable de fois. J’intrigue, je prêche le faux pour savoir le vrai, je suis insupportable mais, que voulez-vous, je suis une sale gosse de bientôt cinquante-trois ans.

Surprise by Nick Youngson CC BY-SA 3.0 

Dimanche matin à huit heures cinquante-trois très précisément, je reçois un SMS d’une copine qui habite Marseille. Elle m’a commandé un cadeau sur Amazon qui va m’être livré dans la journée, contrairement à son kit racines qui mettra sept semaines à être livré, chacun sa merde. Elle me demande d’attendre vendredi pour l’ouvrir. Je suis certes une sale gosse, mais je ne suis pas une menteuse.

– Dans tes rêves. Si tu crois que je vais rester dans le confinement à regarder un paquet cadeau, tu rêves, mais bien profondément.

Elle a ri virtuellement et n’a même pas essayé de me convaincre de changer d’avis. Le cadeau est arrivé quelques temps après, à neuf heures et vingt-huit minutes. J’ai mis le paquet au confinement pour trois heures et me suis lavée les mains.

Trois heures de torture et de réflexion. J’ai d’abord pensé au livreur Amazon qui a déposé mon cadeau sur les boites aux lettres un dimanche matin dans le confinement. J’ai presque honte parce que recevoir un cadeau pour son anniversaire ne rentre dans aucune case du Ausweis. Après je comprends la démarche de ma copine, ayant moi-même envoyé plusieurs colis à mon cher Papa, dont une machine à café de compétition dont je vous reparlerai plus tard. Ensuite, je me suis demandé si je ne devais pas garder le cadeau, mon cadeau, le seul cadeau que je recevrai pour le jour J, l’autre cadeau s’étant égaré dans les méandres de la Poste au début du confinement.

Evidemment, j’ai ouvert le cadeau, j’ai adoré et il sera parfait pour mon Coronanniversaire

Playlist

L’air de rien un coronanniversaire, ça se prépare. Liste des invités, sono, playlist, décoration, installation, déguisement. Je peaufine particulièrement ma playlist qui doit durer trois heures. Les morceaux doivent bien s’enchaîner : avec le monde que j’attends je n’aurai pas le temps de sortir la mixette et de balancer les morceaux en fonction du feeling du moment. Il faut que les titres donnent envie de danser tout en étant connoté Coronavirus. Je passerai bien sûr The Rythm Of The Night mais d’autres classiques comme Don’t Stand So Close To Me, Move your Body, Never Never Gonna Give Up. Je suis déjà pressée d’entendre Papa Mambo d’Alain Souchon, tellement confinement.

C’est pas fini mais voilà ce que ça donne.

Grumbeerekiechle

J’ai posté hier soir sur Instagram une photo des Grumbeerekiechle que je cuisinais. Pour ceux qui ne maîtrisent pas l’Alsacien, c’est la même chose que les Latkès en Yiddish. En français, on pourrait appeler ça des galettes de pommes de terre.

Grumbeerekiechle aka Latkès aka Galettes de Pomme de Terre

La recette est ultra simple. Il faut des patates, des oignons, du sel et du poivre. La patate à frites est peut-être plus appropriée mais j’ai fait ça avec les restes de patates que j’avais achetées pour la Kartoffel Salat de l’autre jour, et ça a très bien fonctionné.

Il faut râper les patates pelées et encore crues, les presser dans une passoire pour que le maximum de jus en sorte. Je sale les patates dans la passoire pour qu’elles rendent bien leur jus.

Ensuite, il faut hacher l’oignon (prendre un oignon pour trois patates environ) et mélanger l’oignon avec les patates. On sale encore un peu et on poivre. Idéalement il faut ajouter du persil frisé haché. On peut ajouter un œuf, ça dépend des recettes. Ma tante, la mère de mon cousin, ne met pas d’œuf. Je crois que l’œuf est plus Latkès que Grumbeerekiechle, mais bon chacun fait comme il veut et surtout comme il peut dans le confinement étant donné les ruptures de stock d’œufs.

La cuisson s’effectue à la poêle avec de l’huile type Isio4 ou de l’huile de tournesol. C’est une recette de l’Est, on n’utilise pas d’huile d’olive. On balance une bonne dose d’huile, on prend un peu de préparation qu’on aplatit dans ses mains et on pose dans la poêle. Il faut faire frire des deux côtés. On sait qu’un côté est cuit, lorsque la Grumbeerekiechle se retourne facilement. Il faut compter au moins cinq minutes pour chaque côté. Après ça dépend de l’épaisseur de vos Grumbeerekiechle, de la patate, de la conduction du matériel, comme d’habitude, ça dépend ça dépasse.

Une fois les Grumbeerekiechle cuites, il est fortement conseillé de les éponger avec du papier absorbant. Vous pouvez les maintenir au chaud dans votre four, le temps de tout cuire.

e Güeter comme on dit en Alsace, ce à quoi vous pouvez répondre e Bessere!

9 réponses sur « Surprise, Playlist et Grumbeerekiechle »

Les Suisses ajoutent de la farine, on s’éloigne du concept de base, ie Patates et Oignons.
Sinon on fait frire à chaud, la friture moyenne je ne connais pas.

Chaque chose en son temps. Pour l’instant je profite du confinement. Après j’arrête de fumer, j’arrête l’alcool, et je me mets au sport.

et vous ne mettez pas d’ail? Excatement la même recette, juste avec de l’huile d’olive à la place de l’huile de tournesol?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *